france

Pau Quartier du Hédas

Le 27 octobre 2018, une rue pour les Républicains Espagnols à Pau !

La proclamation de la deuxième République en Espagne le 14 avril 1931, fut pour le peuple espagnol un grand jour empli d’espérance et de fraternité. Embellie progressiste de courte durée, elle sera anéantie par le …

Le 27 octobre 2018, une rue pour les Républicains Espagnols à Pau ! Lire la suite »

RTF Bordeaux 2015

Vérité Justice Réparation – Quel espoir pour l’Espagne ?

En 2015 les Rencontres étaient centrées sur les crimes contre l’humanité commis par le régime franquiste qu’un pacte du silence a voulu couvrir à la mort du dictateur à la faveur d’une loi d’amnistie interdisant toute poursuite des criminels.
Enfants volés, action des familles des victimes, fosses du franquisme, justice et mémoire autant de domaines abordés lors de ces journées et fidèlement retranscrits dans un ouvrage publié dans les deux langues castillane et française par la Coordination Nationale Caminar et l’association mémorielle bordelaise Ay Carmela.

Camp Argeles

Des mots pour dire la souffrance

La mémoire des républicains, vaincus de la guerre civile espagnole et européenne de 1936 – 1939, est encore aujourd’hui mal cicatrisée. Réfugiés en France en 1939 pour sauver leur vie et leur liberté, ils sont considérés comme des « étrangers indésirables » et, à ce titre, internés dans des camps par les autorités alors qu’ils ont été les premiers à se battre contre les fascismes.

Contra la impunidad

Pétition – Pour que soient reconnus et jugés les crimes du franquisme !

Les familles (espagnoles ou exilées en France) des 130 000 à 150 000 républicains espagnols assassinés par les franquistes entre 1936 et 1945 et enterrés dans des fosses communes, celles des enfants volés à leurs …

Pétition – Pour que soient reconnus et jugés les crimes du franquisme ! Lire la suite »

Camilo

Camilo – de l’Espagne en guerre à la Résistance en France

Après un tour des camps de concentration français, Bram, Jude à Septfonds, le Vernet d’Ariège, toujours fidèle à ses idées, il prend le commandement de la 35e brigade des guérilleros du Gers et poursuit la lutte en participant activement à la libération du département évitant un massacre annoncé lors de l’affrontement de Castelnau-sur-l’Auvignon. 

Retour en haut