Des mots pour dire la souffrance

La mémoire des républicains, vaincus de la guerre civile espagnole et européenne de 1936 – 1939, est encore aujourd’hui mal cicatrisée. Réfugiés en France en 1939 pour sauver leur vie et leur liberté, ils sont considérés comme des « étrangers indésirables » et, à ce titre, internés dans des camps par les autorités alors qu’ils ont été les premiers à se battre contre les fascismes.

Dans un article publié en décembre 2016 dans la revue de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, notre amie, et présidente d’honneur de Caminar, Geneviève Dreyfus Armand analyse les terminologies utilisées par les pouvoirs publics et par les historiens, notamment français, puis la formation de la mémoire de cette période chez les réfugiés espagnols qui, toujours, utilisent le terme officiel de l’époque – camp de concentration – alors même que certains ont connu les camps nazis.

Des exemples issus d’un ample corpus de presse et de publications attestent de ce choix revendiqué de vocabulaire, que les historiens se doivent d’expliquer et de comprendre

Un article publié dans En Jeu. Revue pluridisciplinaire de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation n° 8, décembre 2016

[su_document url=”https://coordination-caminar.org/blg/wp-content/uploads/caminar/base_documentaire/2017/pdf/Les%20mots-de-la-souffrance.pdf”]

Author: caminar

2 thoughts on “Des mots pour dire la souffrance

  1. Bonsoir,
    Je prends connaissance de cette parution qui me pousse à vous demander quelque soit le nom que l’on donne ou ai donné à ces camps dans lesquels nos pères ont été internés, pourquoi aucune mention, aucune diffusion, aucun message de protestation de la part de Caminar ou de toute autre association située près du Camp de Judes à SEPTFONDS (82), concernant le projet d’implantation d’une porcherie industrielle à proximité du lieu de mémoire.
    L’état Tchèque est revenu en arrière pour un projet identique au camp de LETY où ont été concentrés des Roms. Depuis le bâtiment est devenu un musée du souvenir.
    Aucune information n’a été passée après l’accord donné par la Municipalité de Septfonds à ce projet, malgré les articles parus dans la presse Régionale.
    Quelle est la position de Caminar à ce sujet?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.