A Toulouse, capitale de l’exil républicain, les Journées Caminar

Trop souvent les exilés espagnols ont été regardés comme des victimes, objets de compassion. Leur exode et leurs souffrances ont été largement évoqués à travers des films documentaires, des monographies, des photographies, des expositions … Cet exil était cependant également la conséquence de l’un des premiers affrontements, au niveau européen entre les valeurs démocratiques des peuples et le nazisme et les fascismes, prémices de la Deuxième Guerre mondiale.

Ces hommes et ces femmes avaient été les acteurs de ce combat perdu au nom des valeurs républicaines de liberté et de solidarité dont ils demeuraient malgré la défaite profondément imprégnés. Dans les camps où ils étaient hébergés, dans les centres d’hébergement, les Compagnies de travailleurs étrangers (CTE) et les Groupements de travailleurs étrangers (GTE), ils agissaient, ils s’organisaient, ils éditaient des journaux et des bulletins, ils créaient. Beaucoup ont survécu grâce à la solidarité de leurs compagnons de souffrance. Dans les camps de l’exclusion et de la honte qui recevaient les « indésirables » vivaient les « universités des sables ». Et dans ces camps malgré les mesures répressives prises contre toute expression collective ont été créées les conditions de l’engagement massif des exilés espagnols dans la Résistance en France.

Tout ce bouillonnement culturel, social, politique, cette citoyenneté en action, aspect peu connu et traité de la “retirada”, seront évoqués par la parole, l’image et la musique au cours des Journées Caminar. Et Toulouse, ville traditionnellement considérée comme capitale de l’exil républicain espagnol, était naturellement désignée pour les accueillir . Elles se dérouleront les 25,26 et 27 octobre 2019 à l’Espace Roguet.

Le programme complet des Journées en cliquant sur le lien

Journées Caminar

 

 

Author: caminar

2 thoughts on “A Toulouse, capitale de l’exil républicain, les Journées Caminar

  1. Mantener la memoria es fundamental en las sociedades actuales, donde todo es fugaz y líquido. La memoria, es nuestra garantía, un modo de garantizar los derechos actuales. Reconocer a las mujeres y a los hombres que han luchado contra el fascismo es un primer paso. La memoria de mis abuelos Jacobo y Esther, quienes han vivido en Toulouse, estará con vosotros en estas jornadas. Ellos, como tantos otros españoles y franceses, deseaban un mundo mas solidario. Felicitaciones por vuestro trabajo.

    16 de Octubre 2019.
    Alejandro

  2. Buenos dias,
    soy Martin Arnal Mur tengo 98 años.Conoci muy bien a Jacobo Esther y sus hijos.
    En Salvagnac, cuando los naziz preparaban una razia me marche con una niña hija de Jacobo y Esther para esconderla en nuestra casa donde mi madre la cuidoasta que vengan a recogerla en 1944
    Tenian Gustabo que tuvo un acidenre en un ojo
    Tengo mucho que contar .seria para mi un gran alegria de contactar con votros.
    Estos tiempos estoy en España .
    Aqui tienen mi telefono 00 34 974 26 03 28
    Mi hija Juana esta estos dias en Toulouse.aqui teneis su tlefono 06 02 24 24 23
    si estais en España hacer el 00 33 6 02 24 24 23.
    Tambien esta en una asociacion del Exilio llamada CTDEE.
    Espero vuestra llamada, recibir un cariñoso abrazo. Martin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.