CARTAS DEL EXILIO : un site pour la mémoire et les recherches

Par l’entremise de notre ami Ivan Larroy de MHRE 89, un nieto, Alban Sanz, nous a fait parvenir ce texte que nous publions bien volontiers. Son grand père Marcelino Sanz Mateo faisait partie de la 11e CTE et figure sur la photo de Une.

En février 1939, comme d’autres milliers de personnes, mon grand-père paternel Marcelino Sanz Mateo fuit la déroute de la République espagnole et rejoint, les Pyrénées avec son épouse et ses sept enfants. En traversant la frontière, la famille est aussitôt séparée par les militaires français. Marcelino est envoyé au camp de concentration d’Argelès-sur-Mer. Sa famille elle, est déplacée à 300 kilomètres plus à l’ouest, à Mézin dans le Lot & Garonne. Durant leur longue séparation ils maintinrent une intense correspondance dont furent conservées seulement 72 lettres (lisibles sur le site) et quelques photos.

Ce site CARTAS DEL EXILIO retrace l’histoire de cette correspondance et avec elle l’histoire des milliers de républicains espagnols de tous âges et de toutes conditions sociales qui vécurent, deux guerres, puis pendant des années d’innombrables privations durant ce qu’ils nommèrent : “el destierro”. Plus qu’un exil, un arrachement forcé à leur terre, à leur culture, à leur langue, un déracinement total.

En marge de cette histoire je travaille sur la mise à jour d’une liste des Compagnies de Travailleurs Etrangers (C.T.E) et des gens qui y travaillèrent pour qu’aucun nom ne soit oublié et pour aider les personnes faisant des recherches sur des proches ayant appartenu à ces C.T.E. Au-delà de la simple histoire d’une famille et d’un pays durant une période donnée, ce site raconte aussi l’histoire de tous les civils réfugiés, déplacés, rejetés ou apatrides, qui malheureusement encore de nos jours, continuent de fuir les guerres et les désastres et ne trouvent souvent, au lieu de la liberté et la sécurité qu’il étaient venus chercher, qu’un autre désespoir.

Pour consulter les listes nominatives des engagés des compagnies de travailleurs étrangers (C.T.E) 1939-1940 (5694 entrées, noms et prénoms, date et lieu de naissance pour la plupart et ébauche de leurs parcours respectifs) : LISTES NOMINATIVES .

Author: caminar

1 thought on “CARTAS DEL EXILIO : un site pour la mémoire et les recherches

  1. Bonjour Citoyen(ne)s et CAMARADES,
    Fils d’un Résistant “toulousain” mort pour la patrie le 14/03/1945 , militant pour la défense des acquis mis en oeuvre par le Conseil National de la Résistance en Aquitaine et Midi-Pyrénées depuis la fin des années 1950 j’aimerais faire bénéficier votre association de ce que j’ai vécu et connu relatif à l’engagement des Républicains espagnols dans ces régions…
    Et à l’implication de collaborateurs franquiste aidés par des “autorités” françaises…
    Merci pour la qualité de vos activités INDISPENSABLES à la compréhension de l’ Histoire présente .
    Avec mes plus respectueusement solidaires civilités,
    Lou DESTRABAT ce mercredi 30 mai 2018 à 4h45.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.