Bacalan, cérémonie à la base sous-marine

Bacalan, la cérémonie à la base sous-marine a clôturé les Cinquièmes Rencontres transfrontalières de Bordeaux

Un bel hommage à tous les « travailleurs forcés » a été rendu à la Base sous-marine de Bordeaux. Entre autres nationalités, près de 3000 républicains espagnols ont été contraints au « travail forcé » pour la construction cette base sous-marine.En fin de matinée, les participants ont rejoint la Base sous-marine de Bordeaux en souvenir des Républicains espagnols qui ont travaillé sous la contrainte à la construction de ce monstre de béton.
Emmanuel Dorronsoro, pour la coordination « ¡Caminar ! » et José Garcia, pour l’association Ay Carmela, présidaient cette cérémonie au Mémorial de la base sous-marine dédié aux travailleurs forcés espagnols et de toutes les nationalités.

Des gerbes de fleur en souvenir de ces « travailleurs forcés » de la base sous-marine:

RTF-2015-Marianne-Vasquez-Sabine-Dorronsoro.jpg
Au nom de « ¡ Caminar ! » : Marianne Vasquez, petite-fille de combattant de la «Nueve » Sabine Dorronsoro, petite-fille de républicain espagnol évadé de la base sous-marine

Martine Diez, ex-conseillère municipale, a défendu avec force le projet de Mémorial de la Base sous-marine en conseil municipal de Bordeaux. Luis Diez est membre du C.A. d’Ay Carmela et Pdt de l’Association de défense des intérêts de Bacalan.

        Un hommage a été rendu par le Conseil Départemental de la Gironde en la personne de M. Philippe Dorthe,  Conseiller départemental, qui a déposé une gerbe au monument de la base sous-marine.

RTF-2015-Martine-et-Luis-Diez.jpg
Martine et Luis Diez déposent des gerbes au nom des deux députées : Mme Michèle Delaunay et Mme Sandrine Doucet

Le bouquet présent sur la table des conférenciers pendant ces trois jours de colloque a également été déposé par Coralie Razous, membre de l’association Iris-Mémoires d’Espagne et membre de la Coordination nationale « ¡ Caminar  ! », afin que ces Cinquièmes rencontres continuent à vivre.
Danielle Rosin, Vice-Présidente de la Ligue des Droits de l’Homme et Manuel Dias, Président du RAHMI (Réseau Aquitain pour l’Histoire et la Mémoire de l’Immigration) nous ont fait l’honneur de leur présence.

Historique de la Base sous-marine

Luis Diez a fait l’historique du monument. La base sous-marine de Bordeaux a été l’une des cinq bases construites par les Allemands sur la façade atlantique française au cours de la Seconde Guerre mondiale avec Brest, Lorient, Saint-Nazaire et La Rochelle). Construite entre 1941 et 1943, elle accueillit en majorité des sous-marins italiens mais aussi allemands. La base fut opérationnelle à peine une année.
Le nom de code de la base fut Betasom : bêta pour la lettre grecque initiale de Bordeaux, et som pour sommergibili, sous-marin en italien.

RTF-2015-Angel-Villar.jpg
Ángel Villar a évoqué le travail forcé à la base sous-marine

 Ángel Villar a évoqué le travail forcé à la base sous-marine.
Parlant l’Allemand, il a bénéficié d’un régime de semi-liberté qui lui a permis d’être particulièrement actif dans la résistance à l’intérieur et à l’extérieur du chantier, tout au long de la construction.
L’organisation Todt (O.T.) commença la construction en septembre 1941 sur le bassin N° 2 de Bacalan. Les travaux durèrent 22 mois. La capacité de la base  permit d’accueillir simultanément 15 sous-marins.
Cette organisation Todt fut un groupe de génie civil et militaire de l’Allemagne national-socialiste. Elle porta le nom de son fondateur et dirigeant jusqu’à sa mort en 1942, Fritz Todt, ingénieur et figure nazie importante. Au cours de la guerre, l’O.T. ne compta qu’un petit nombre de cadres, conseillers techniques et architectes, mais employa un nombre considérable de travailleurs étrangers (1 400 000 en 1944), essentiellement via le travail forcé, dans le cadre du STO géré par Fritz Sauckel (1894-1946). Contraints et forcés, près de 3000 républicains espagnols participèrent très majoritairement à la réalisation de l’ouvrage. Mais il y eut aussi des Français, des Italiens, des Portugais, des Belges, des Russes et des Néerlandais…
Pour les ouvriers contraints de la base, logés à la caserne Niel ou au camp d’internement de Mérignac « Beau désert », l’objectif fut de ralentir au maximum l’avancement des travaux en sabotant le travail : effondrement des coffrages volontairement fragilisés au moment du coulage du béton, déclenchements de courts-circuits sur les installations électriques, etc. Les travailleurs forcés renseignèrent les résistants situés à l’extérieur afin qu’ils puissent monter des opérations commandos.

Le Mémorial

La stèle dédiée aux Républicains espagnols et aux travailleurs de toutes les nationalités a été édifiée à l’initiative de l’Association du Mémorial aux Républicains Espagnols de la Base sous-marine avec l’appui de l’association de défense des intérêts du quartier de Bacalan.
La sculpture du bas-relief qui orne le monument est l’œuvre de l’artiste Régis Pedros. Elle s’intitule “Sortez des murs !”

 Régis Pedros, créateur de l’œuvre sculpturale, a expliqué en détails la signification et la symbolique du monument.
Le soleil en céramique jaune d’or est formé de rayons ondulés et dirigés vers le haut. Il symbolise l’espoir de liberté. Ceux dirigés vers le bas sont rectilignes, inflexibles comme la répression et l’enfermement.

La chaîne pyrénéenne et les funestes barbelés des camps de concentration figurent également au bas-relief. Un soldat vaincu tourne le dos et entre dans l’enfer de la base sous-marine alors que le personnage central est un Républicain espagnol qui, retrouvant sa liberté et  sa dignité, piétine les barreaux de sa prison. Il frappe son béret contre sa cuisse pour en retirer la poussière de béton ou la poussière de l’oubli.

La cérémonie fut émouvante, fraternelle et constitua une clôture magnifique aux cinquièmes rencontres transfrontalières de Bordeaux. Elles furent comme autant de passerelles jetées entre passé et présent pour mieux éclairer le chemin qui mène à l’avenir de nos mémoires.

Au plaisir de vous revoir toutes et tous à Zaragoza en 2016 !

¡ Somos el viento del pueblo que nunca dejará de soplar !

 

Author: caminar

2 thoughts on “Bacalan, cérémonie à la base sous-marine

  1. Bonjour
    Aujourd’hui 1 juillet 2020 jai vu l’impitoyable etat dans laquel se trouve le monument aux republicains edoagnols à la base soumarine
    Je ne sais pas qui doit s’occuper de le tenir propre mais cest lamentable.
    Le drapeau tout déchiré. Les herbes sui poussent autour. Bref une honte pour moi espagnole …

    1. Bonjour,
      Merci Madame de nous avoir interpellé sur ce monument de la Base sous-marine de Bordeaux.
      Nous avons contacté le président de l’association du mémorial de la Base sous-marine et votre courriel lui a été transmis.
      Comme vous, nous constatons l’état de la stèle et nous espérons que très rapidement il soit remis en état et ainsi digne des républicains espagnols.
      Bien cordialement,
      Un fuerte abrazo.

      José Garcia
      Pt de Caminar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.