A Trélissac, Vicente Garcia Riestra nous a quitté

Vicente Garcia Riestra et Virgilio Peña

Décès de Vicente Garcia Riestra

Vicente Garcia Riestra avec son ami Virgilio Peña et Jorge Semprun, camarades de déportation

La coordination Caminar apprend le décès à Trelissac où il résidait de Vicente Garcia Riestra et s’incline devant sa mémoire.
Vicente Garcia était le dernier républicain espagnol encore vivant déporté au camp de concentration nazi de Buchenwald.

Sur cette photo, vous pouvez voir Vicente en compagnie de ses camarades de déportation : Jorge Semprun et Virgilio Peña.

Une adolescence saccagée par le franquisme

Il était né le 20 janvier 1925 à Pola de Siero dans les Asturies et avait 11 ans au moment du coup d’état fasciste en Espagne.
Après la chute du front Nord il avait rejoint Bordeaux en bateau depuis Gijon avec sa mère et quatre de ses frères et sœurs et de là avait rejoint la Catalogne. Il avait connu ensuite la Retirada. Il avait passé la frontière française le 26 janvier 1939. Son père, arrêté en octobre 1937 par les rebelles franquistes, avait été fusillé le 4 mars 1938 à Oviedo et jeté dans une fosse commune tout comme son frère José exécuté quand à lui en octobre 1937.

Résistant et déporté

Réfugié avec ses proches en Dordogne, Vicente était entré en résistance dans le groupe FTP de Nontron jusqu’au jour où le 22 décembre 1943, à Cadouin, il fut arrêté par la Gestapo avec une trentaine de ses camarades. Finalement, après avoir subi interrogatoires et tortures, le jour de l’anniversaire de ses 19 ans il était conduit au camp de Compiègne et de là déporté à Buchenwald où il devait être enregistré le 24 janvier 1944 sous le matricule 42 553. Il s’intégra immédiatement au réseau de résistance qui existait dans le camp jusqu’à la libération de ce dernier le 11 avril 1945.

Passeur de La Mémoire

Il s’était toujours attaché à faire vivre la mémoire des idéaux et des combats des républicains et déportés espagnols notamment en direction de la jeunesse. Le 26 septembre 2017 la commune de Trélissac lui avait rendu hommage en donnant son nom à une de ses rues. Le 20 avril 2018 il était présent à Billère pour l’inauguration de la rue Virgilio Peña Cordoba, déporté comme lui à Buchenwald.

La coordination nationale Caminar s’incline devant sa mémoire et adresse ses condoléances à sa famille, à ses proches et à ses compagnons de combat et sera représentée lors de ses obsèques qui auront lieu mardi 14 mai à 14h30 au Foyer Socio-culturel, rue Eugène Leroy à Trélissac – 24750.

Author: caminar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.