Gérard Malgat

Gérard Malgat nous a quittés

Nous venons d’apprendre la disparition de Gérard Malgat, et nous sommes tous bouleversés. Gérard, représentant de l’association CMRE au sein de Caminar, a toujours été de bon conseil au sein de notre coordination.

Gérard était docteur en langue et civilisation espagnole de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et auteur de plusieurs ouvrages sur l’écrivain Max Aub et à travers lui sur les camps de concentration du Vernet puis de Djelfa en Algérie. Ses recherches ont également porté sur l’action du Mexique du président Lazaro Cardenas au soutien de la République espagnole et de son consul général en France, Gilberto Bosques, pour l’aide aux Républicains espagnols en exil.

  
Lors des Journées Caminar d’octobre 2019 à Toulouse, il est intervenu par deux fois en particulier sur Max Aub dont il était le spécialiste reconnu de tous.
Présent à quasiment toutes les réunions de Caminar, Gérard était reconnu autant pour ses propositions que pour ses interventions toujours pondérées.
Gérard, tu vas nous manquer.

Nous adressons à sa famille, à ses proches, à ses amis, nos plus sincères condoléances.

¡ Hasta siempre compañero !

L’inhumation aura lieu jeudi 11 août à 10h à Montluçon .

Cette douloureuse nouvelle nous a été communiquée avec l’indication que ne sont souhaitées ni condoléances, ni fleurs, ni plaques.

Le bureau de Caminar

NDLR : En cliquant sur ce lien, vous pourrez découvrir un article en castillan, publié en 2017 par Gérard

Malgat, consacré à la radio des exilés espagnols en France et qu’il qualifie en ces termes : « Écouter « Radio Paris », comme l’appelaient les auditeurs, était donc « un petit acte quotidien d’affirmation, de consolation et d’espoir » au milieu d’un paysage radiophonique fermé par la censure et le contrôle de tous les médias. »

Gérard Malgat était aussi LE spécialiste de Max Aub : Paris dans les déambulations littéraires de Max Aub, entre l’intime et l’universel

2 réflexions sur “Gérard Malgat nous a quittés”

  1. L’homme est donc reparti « dans la grande nuit des temps » (titre du grand roman de Antonio Munoz Molina)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut